4

L’hypersensibilité émotionnelle et sensibilité : avantages et inconvénients

Aujourd’hui, je vais revenir sur un sujet très sensible : l’hypersensibilité.

J’ai déjà fait une vidéo sur l’hypersensibilité qui a beaucoup marché sur Youtube, un article qui a très bien tourné sur le blog, il y a eu énormément de visites.

J’en parle ici à nouveau, mais cette fois, je vais vous parler plus spécifiquement de l’hypersensibilité émotionnelle et de la sensibilité en général.

 

 

Je me suis beaucoup documentée pour creuser un petit peu le sujet et j’ai notamment lu ce livre qui s’appelle Hypersensibles de Saverio Tomassela.

Ça ne parle pas spécifiquement des enfants, mais de l’hypersensibilité en général et vous allez voir que grâce à ce livre, j’ai appris plein de choses que dois vous transmettre.

 

Comment définir l’hypersensibilité émotionnelle ?

 

D’abord, je crois qu’il faut définir ce que c’est que l’hypersensibilité émotionnelle parce que ce n’est pas forcément facile à comprendre pour tout le monde.

Disons que l’hypersensibilité, c’est :

Une attitude à réagir plus ou moins vivement à un événement ou à une situation, une aptitude à s’émouvoir, à éprouver des sentiments d’humanité, de compassion, de tendresse pour les autres.

Et ça, c’est variable d’une personne à l’autre. On parle d’hypersensibilité et le problème d’« hyper », c’est que ça veut dire à la fois extrême et excessif. Et excessif, ça veut dire « exagéré » et c’est déjà un jugement  négatif, donc, je préfère qu’on garde le côté positif d’« hyper » qui veut dire extrême. L’hypersensibilité, c’est une extrême sensibilité qui se révèle de différentes façons, évidemment.

Je vais vous lire un petit extrait de ce livre à la page 25 qui définit, à mon sens, très bien ce que c’est que l’hypersensibilité et la façon dont fonctionnent les personnes hypersensibles. Je vous lis un extrait du livre.

« Les personnes d’une très grande sensibilité ne se ressemblent pas forcément. Elles ont entre elles peu de points communs et beaucoup de différences. Certaines sont très impressionnables, d’autres très expressives. Certaines sont particulièrement réservées ou timides, d’autres expansives ou exubérantes. Elles sont capables de beaucoup d’enthousiasme et d’émerveillement, ce qui ne les empêche pas d’éprouver des doutes, des troubles et des tourments, voire de forts découragements. Certaines encore connaissent des variations d’humeur plus ou moins brutales, passent facilement du rire aux larmes ou changent facilement d’avis. D’autres enfin, malgré une stabilité apparente vivent d’importantes fluctuations de la vision de soi et de l’estime de soi. »

 

J’espère que vous aurez pu, dans cette définition, vous reconnaître ou reconnaître des traits de la personnalité de votre enfant et que cette définition un petit peu plus précise va vous aider à mieux cerner ce que c’est que l’hypersensibilité.

 

Un témoignage intéressant

J’ai trouvé une autre définition qui est d’une personne que le psychothérapeute (l’auteur du livre) a suivie et qui dit :

« Etre sensible, c’est souffrir plus fort, aimer plus fort, vivre plus fort, être touché par tout ce qui arrive, être plus près des autres et plus près du monde. »

 

Ne pas confondre avec la sensiblerie

Etre hypersensible, c’est être en dehors des standards de la société, c’est parfois être vu comme quelqu’un pour qui on parlerait de sensiblerie.

La sensiblerie, ça n’a rien à voir avec l’hypersensibilité, c’est faire semblant d’être sensible.

Vous connaissez peut-être des gens autour de vous qui font semblant de s’émouvoir, qui font semblant d’avoir la larme à l’œil, d’être très touché par quelque chose alors qu’au fond d’eux, ils ne ressentent absolument pas ça, c’est cela qu’on appelle la sensiblerie et ça n’a rien à voir avec l’hypersensibilité.

 

On ne fait pas semblant !

Les hypersensibles ne font pas semblant d’être émus, ils sont profondément émus.

Au contraire, ils essayent parfois de retenir leurs émotions parce que sinon ils se laisseraient submergés. Et on ne peut pas laisser tout le temps voir ses émotions quand on est hypersensible parce que le commun des mortels ne comprend tout simplement pas, les parents ne comprennent pas ce fait d’être submergé d’émotion et les enfants aussi ont tendance à le cacher.

 

2 personnalités différentes

 

Ce qui est compliqué chez les hypersensibles, c’est qu’il peut y avoir deux grands traits de personnalités qui ne se ressemblent absolument pas et qui, pourtant, sont deux personnalités hypersensibles.

 

Les introvertis

Vous avez d’un côté les introvertis : finalement, ce sont eux les plus difficiles à déceler.

Parce que les introvertis vont avoir tendance à être timides, réservés et pudiques et ils vont garder tout à l’intérieur d’eux. Et ça, ça peut être très douloureux.

Les extravertis

Vous avez un autre penchant, le contraire des introvertis : ce sont les extravertis qui, eux, sont plutôt expansifs, communicatifs, bavards.

Moi, je fais partie des hypersensibles extravertis, j’ai des grandes facilités à communiquer.

Derrière ces extravertis, il peut y avoir aussi beaucoup de retenue.

Ne croyez pas que c’est parce que vous êtes face à une personne extravertie que vous n’êtes pas face à un hypersensible qui garde quand même à l’intérieur de lui tout ce qu’il ressent.

Là, je vous ai défini un petit peu plus clairement ce qu’était l’hypersensibilité émotionnelle.

 

Pas une maladie mais un trait de caractère

Maintenant, on va aborder les inconvénients de cette hypersensibilité parce que, évidemment, l’hypersensibilité, ça n’a pas que des avantages – vous le savez ; vous allez le découvrir si votre enfant a ce trait de caractère. Je tiens vraiment à ce qu’on parle de trait de caractère, il n’y a rien de pathologique dans l’hypersensibilité ; être hypersensible, ce n’est pas être psychotique ; être hypersensible, ce n’est pas être dépressif ;

Être hypersensible, c’est juste un trait de caractère, un trait de sa personnalité avec lequel il faut faire et je vais vous expliquer aussi comment vous pouvez aider votre enfant (et peut-être vous aider vous aussi) à gérer juste cette hypersensibilité, pour la vivre au mieux.

 

 

Les inconvénients de l’hypersensibilité

 

On vit en décalage

L’hypersensibilité, dans les inconvénients, c’est d’abord, un sentiment d’être en décalage parce qu’on ne ressent pas les choses de la même façon que les autres.

Quand on hypersensible, on vit tout à 300% et on a l’impression d’être sans filtre, sans  protection par rapport à toutes les informations qu’on reçoit, que ce soit par rapport aux gens qui nous parlent, quand quelqu’un nous parle de sa souffrance, on est sans filtre. On n’a pas naturellement ce filtre quand on est hypersensible, ce filtre, on peut apprendre à le construire.

C’est long, c’est du travail, mais on peut apprendre à le construire.

Le regard des autres

Un autre inconvénient de l’hypersensibilité, c’est l’incompréhension des autres : les gens autour de vous, de votre enfant ne comprennent pas pourquoi est-ce que votre enfant est aussi susceptible, pourquoi est-ce qu’il se vexe facilement, pourquoi est-ce qu’il se met en colère aussi facilement et pourquoi est-ce qu’il pleure aussi facilement.

Et il faut avouer que ce n’est pas toujours facile pour l’entourage d’avoir affaire à un hypersensible parce que tant qu’on n’a pas vraiment identifié cette hypersensibilité, eh bien, on ne comprend pas ses réactions qui semblent démesurées et on a l’impression parfois aussi que l’enfant peut faire semblant.

La peur du conflit

Les hypersensibles ont aussi souvent peur du conflit parce que ça représente une douleur pour eux et donc, ils ont tendance à éviter les conflits.

Ce n’est pas une bonne chose – vous savez, dans la vie, à un moment donné, il faut affronter les conflits – et c’est aussi quelque chose qui s’apprend.

La peur des critiques

Je vous en avais parlé dans le précédent article : une des difficultés de l’hypersensible, c’est d’accepter la critique.

Ça passe pour de la susceptibilité alors qu’il n’est pas question d’ego.

Les hypersensibles n’ont pas un ego supérieur aux autres, ils ont le même que tout le monde, c’est juste que les critiques, les remarques les touchent dix fois plus que quelqu’un qui n’est pas hypersensibles.

Vous croisez plein de gens au travail, dans vos amis à qui on peut faire des réflexions hyper désagréables et qui disent : « OK, moi, ça me coule dessus, j’y suis complètement indifférent. »

Pour un hypersensible, ce n’est pas possible !

Ce n’est pas possible, il se sent forcément touché et remis en question en lui-même parce qu’il est hypersensible.

Parce que quand on est hypersensible, ce n’est pas qu’on est susceptible, c’est qu’on manque de confiance en soi aussi, parce qu’on est tout le temps à fleur de peau.

Les colères

Un autre inconvénient de l’hypersensibilité, c’est un aspect colérique.

Comme toutes les émotions sont vécues beaucoup plus intensément que la moyenne des gens, eh bien, c’est pareil pour la colère, donc, les hypersensibles peuvent être très colériques et ça, on le voit beaucoup chez les enfants.

Les adultes arrivent un petit peu plus à transformer cette colère, mais les enfants, eux, ça sort : ils sont en colère, il faut que ça explose tout de suite.

Il peut y avoir chez les hypersensibles une certaine irritabilité – une sur-fragilité, je dirais – qui n’est pas facile aussi à gérer pour l’entourage.

Insensible en façade

Un inconvénient des hypersensibles, c’est aussi qu’ils peuvent parfois se cacher derrière une insensibilité totale.

Vous allez avoir en face de vous un enfant ou un adulte qui va laisser un visage de marbre, qui va donner l’impression d’être complètement insensible à ce que vous lui dites et, pourtant, à l’intérieur, ça bouillonne, il se passe plein de choses, il y a de l’hypersensibilité et là, c’est très difficile à creuser ce que c’est que cette hypersensibilité et comment l’aider.

La peur de décevoir

Dernier inconvénient de l’hypersensible, c’est sa peur de décevoir parce qu’évidemment, décevoir, c’est quelque part faire de la peine à l’autre et ça, l’hypersensible ne peut pas le supporter. Voilà les inconvénients de l’hypersensibilité.

 

L’hypersensibilité, ça a plein d’avantages !

 

Heureusement – on va finir là-dessus – il y a énormément d’avantages à l’hypersensibilité.

Empathie et compassion

Le premier avantage, c’est une intense réceptivité. Une amplification de toutes les impressions et ces impressions restent longtemps, c’est-à-dire que l’hypersensible est hyper-réceptif aux autres, à son entourage, au milieu qui l’entoure et ça lui permet de bien connaître les gens, de bien comprendre les gens et du coup, de tisser des relations très fortes avec les gens. Peut-être qu’il y a moins de relations, peut-être que les hypersensibles ont moins d’amis, de copains que la moyenne, mais les amis qu’ils ont, ce sont de vrais amis parce qu’ils les connaissent très bien, parce qu’ils les comprennent très bien et qu’ils sont dans l’empathie en permanence.

On ne cache pas ses émotions

L’autre avantage – parce que je trouve que c’est un avantage de l’hypersensible – c’est sa forte émotivité et le fait que ça se voit.

Quand on est hypersensible, on est à fleur de peau, on est à vivre, on est vulnérable et toutes les émotions se voient.

Ça peut paraître un handicap parce qu’on rougit facilement, on a souvent la larme à l’œil, on pleure devant un film, devant une pub, en lisant un livre, on est …

Moi, j’ai vécu ça depuis que je suis toute petite d’avoir les larmes aux yeux dès que je parle de quelque chose qui me touche. Parfois, ça fait rire les gens, mais, en fait, souvent, les gens se disent : « Ah, elle est très touchée par ce dont elle parle ! »

Moi, je trouve que c’est un avantage ; être hypersensible, ça se voit et donc, il faut faire avec et, tant mieux, on n’a pas à l’expliquer.

Une belle et grande expressivité

L’avantage des hypersensibles pour ceux qui sont extravertis, c’est qu’ils ont une grande expressivité.

Un hypersensible extraverti peut exprimer ses émotions, il est capable de parler de tout et d’aider les autres à parler aussi de ce qui ne va pas et de ce qui va, dans le positif comme dans le négatif. C’est une grande chance

L’empathie : une chance pour les relations humaines

Le plus gros avantage des hypersensibles, c’est leur capacité à être empathiques, à ressentir de la compassion envers les autres.

Et ça fait d’eux des gens très doués pour certains métiers – vous l’imaginez – comme l’enseignement, comme tous les métiers liés à la psychologie, tous les métiers liés aux ressources humaines, les métiers où on est en contact avec du public, tous les métiers du social ou de la médecine.

Cette hypersensibilité donne un grand avantage et une longueur d’avance, je dirais, sur les autres pour ces métiers-là parce qu’on comprend ce qui se passe.

Une grande créativité

Et le dernier avantage qui n’est pas des moindres, c’est que les hypersensibles sont des gens très créatifs. Que ce soit dans des domaines artistiques ou dans les activités manuelles, etc., les hypersensibles ont beaucoup de créativité et c’est une grande chance dans la vie.

 

Ce qu’il faut retenir

 

Je crois que ce qu’il faut retenir, c’est que l’hypersensibilité émotionnelle, c’est très compliqué à gérer ; c’est un gros inconvénient dans la vie, c’est vrai ;

Mais il y a d’énormes avantages comme, et ce qui me semble le plus important, c’est cette capacité à ressentir ce que ressentent les autres et donc à pouvoir les aider et une grande créativité. Voilà ce qu’il faut retenir de cette vidéo.

 

D’autres articles sur le même thème :

 

Cliquez ici pour laisser vos commentaires ci-dessous 4 commentaires
Cecile BELALBRE - 11 février 2017

je m’y retrouve pas mal.. zut…

Répondre
    Elodie - 12 février 2017

    Bienvenue 🙂

    Répondre
Gouteron sabrina - 2 mars 2017

Merci !! je peux enfin mettre un mot sur ce que je ressens au quotidien et me dire que je suis pas folle.

Répondre
    Elodie - 2 mars 2017

    Bienvenue chez les hypersensibles 🙂

    Répondre

Laissez un Commentaire :